Vous souhaitez nous contacter ? 06 72 37 52 14

Historique

L’histoire de la GR

La Gymnastique Rythmique a connu de nombreux changements avant d’en arriver à la forme qu’on lui connaît aujourd’hui.

Remontons le fil de l’histoire pour mieux comprendre ses origines, depuis le milieu du 19è siècle jusqu’à nos jours

Cette forme élégante et nouvelle de la gymnastique originelle a pris naissance vers la fin du 19ème début du 20ème siècle, au titre de discipline orientée vers l’expression corporelle. Elle fait appel aux idées de J.G. Noverre (1727-1810), de F. Delsarte (1811-1871) et de R. Bode (1881) qui proposent l’usage de mouvements empruntés à la danse, pour infuser l’expressivité artistique et l’élégance dans l’exercice des différentes parties du corps humain.

Le Suisse Emile-Jacques Dalcroze poursuit le développement de cette méthode et introduit la notion d’une perception corporelle de la musique et du rythme. D’autres pionniers encore, Rudolf von Laban, Marie Wigmann, Henrich Medau notamment, ont joué un rôle important dans l’essor de ce sport au début des années 20.

Mais la vraie révolution vient d’ailleurs. C’est l’illustre danseuse américaine, Isadora Duncan, qui rejette la notion de dogme du ballet classique et donne une nouvelle direction à la danse, laquelle va influencer le développement, les orientations artistiques et sportives de la future gymnastique rythmique.

C’est dans l’ancienne Union soviétique, où des championnats nationaux sont organisés depuis 1942, que l’on trouve les premières traces de cette nouvelle discipline de compétition. La Fédération Internationale de Gymnastique la reconnaît en 1961.

Les premiers championnats du monde réservés à des gymnastes individuelles ont lieu en 1963 à Budapest (HUN) avec la participation de 20 gymnastes représentant dix pays européens. La russe Ludmilla Savinkova est la première championne du monde de la discipline. En 1967 à Copenhague (DEN), les ensembles participent pour la première fois aux championnats du monde. Les premiers Championnats d’Europe ont lieu à Madrid (ESP) en 1978.

Il faut garder en mémoire qu’en 1956 à Melbourne (AUS), le programme de la gymnastique artistique des Jeux Olympiques comprend des exercices d’ensemble avec maniement d’engins. Six gymnastes exécutent des exercices avec cordes, parfois même décorées de fleurs !

Progressivement, les engins portatifs vont quitter l’artistique et dessiner peu à peu les contours de la Rythmique. La reconnaissance olympique viendra en 1984 à Los Angeles (USA), lorsque la discipline fait son entrée officielle dans le programme des JO aux côtés de l’artistique, mais uniquement pour le concours individuel multiple.

Ces Jeux sont tronqués sur fond de boycott. Tous les pays de l’Est européen, excepté la Roumanie, sont absents. C’est Lori Fung, Canadienne de Vancouver, qui décroche la toute première médaille olympique de la discipline. Il faut attendre 1996 et les Jeux d’Atlanta (USA) pour découvrir des ensembles au programme des JO. C’est l’Espagne qui triomphe devant bulgares et russes pétrifiées !

Car la Rythmique à l’origine, c’est surtout une «affaire» russe et bulgare. Son expansion en Europe et dans le monde va toutefois donner vie à des vocations et surtout des talents, lesquels vont contester la hiérarchie. Biélorussie, Ukraine, Espagne, Grèce, Italie, Brésil figurent aujourd’hui dans les meilleures places et contribuent à faire rayonner la Rythmique sur tous les continents.

Coordonnées du club

Gymnastique Rythmique
de Bourgoin-Jallieu

CROS Rhône-Alpes
16 place Jean-Jacques Rousseau
CS 92013
38307 Bourgoin-Jallieu Cedex

Tél : 06 72 37 52 14
grbourgoinjallieu@gmail.com